Urgences

Le bain dérivatif n’est pas une médecine, ni douce ni exotique. C’est une compétence archaïque exactement comme l’allaitement maternel. Il sert à remplacer les effets de la marche nu dans un pays chaud, ce qui était la condition première de l’être humain. Les animaux le pratiquent couramment sans se poser de questions sur les saisons, sans s’interroger sur le fait qu’ils soient yin ou yang. L’ours polaire est couvert d’une épaisse toison et il a le sexe et le périnée au frais. Les Ecossais vivent nus sous leurs jupes. Ils n’ont donc pas besoin de bains dérivatifs. Tous les discours qui tendent à discréditer le bain dérivatif ne peuvent être que le fait de personnes qui ne les pratiquent pas ou de personnes qui sont embarrassées par une technique qui ne coûte absolument rien et se trouve très efficace pour notre bien-être. Il est par conséquent aussi stupide de dénigrer le bain dérivatif que de dénigrer l’allaitement maternel.

Sur ce site, nous ne parlons que de moyens naturels et gratuits de se faire du bien avec de l’eau, de la fraîcheur, une bonne alimentation, de l’argile et du soleil. Nous sommes six milliards d’humains sur la planète, la bonne forme est-elle réservée au milliard qui a de l’argent? Certes pas! Mes nombreux voyages autour du monde me l’ont largement démontré. Il est normal que la nature nous offre les moyens gratuits de nous faire du bien. Venons-en donc à ce qu’est le bain dérivatif.

Le bain dérivatif est une technique qui consiste à combiner l’action de la fraîcheur à celle de la friction dans les deux plis inguinaux et sur le périnée dans le but de faire vibrer, rendre motiles les intestins et l’ensemble du fascia. Cette motilité provoque l’expulsion des selles, mais aussi le déplacement, le cheminement des graisses issues de la digestion. Les graisses fluides dites brunes sont indispensables pour la protection contre la chaleur et le froid, énergie, réserves, fonction hormonale, transport des cellules souches adultes capables de réparer tous nos tissus et enfin deux fonctions de nettoyage. Les graisses épaisses (jaune et blanche floconneuse) sont des graisses de mauvaise qualité dues à des aliments dénaturés et à une mauvaise mastication. Elles doivent être expulsées par les graisses fluides. Durant cent ans, et selon ce que décrivait Louis Kuhne, le bain dérivatif a été strictement observé comme une technique de nettoyage interne du corps. Nous commençons à comprendre comment se déplacent nos graisses, à quoi elles servent, comment les faire circuler. Cette circulation continue des graisses permet l’évacuation à la vitesse où elles entrent dans le corps par la digestion. Elle permet aussi aux graisses fluides dites brunes de chasser les graisses épaisses qui déforment la silhouette et de remplir au moins huit fonctions qui sont en sommeil lorsque le fascia ne travaille pas.

 

Le bain dérivatif est connu depuis des milliers d’années en Chine, il est pratiqué depuis toujours en Nouvelle Guinée, nous en trouvons des traces dans le Coran et la Thora (ablutions plusieurs fois par jour) et il est pratiqué en France par des centaines de milliers de personnes. Pour ma part, j’ai déjà fait plus de quarante émissions de radio (France Inter, Europe 1, Radio Bleue, RFI, radio Notre Dame, la dernière date du 8 juillet 2004 avec Marc Menant sur Europe1) sur ce sujet. Henri-Charles Geffroy de La Vie Claire et Raymond Dextreit le tenaient en haute estime. Il est recommandé par de nombreux hygiénistes et de plus en plus conseillé par des médecins. Le Docteur Plisnier, auteur de La santé Libre aux Editions Ambre 2001 y consacre trois pages.

 

Bien sûr les effets du Bain dérivatif sont très nombreux. Ils font partir en premier lieu les mauvaises graisses, épaisses, qui se trouvent directement sous la peau. Ils aident sans conteste à la régénérescence de l’organisme.

Il y a encore beaucoup à dire sur le Bain dérivatif et vous trouverez  des informations complémentaires dans Les bains dérivatifs Editions Jouvence, Le Bain dérivatif Cent ans après Louis Kuhne Editions du Roche

 

Liste des indications pour le confort et l’accompagnement des autres soins, le bain dérivatif étant une hygiène de vie.

A

Accouchement, acné, acouphènes, alimentation, allaitement, allergies, anémie, angines, aphtes, appétit, argile, arthrite, arthrose, asthme, asymétrie du visage.

B

Ballonnements, bartholinite, beauté, bébé, bouffées de chaleur, boutons de fièvre, bronchites, brûlures.

C

Calculs biliaires, calculs rénaux, calvitie, cellulite, cheveux blancs, chimiothérapie, chocs psychologiques, cholestérol, colibacillose, colites, constipation, contusions, coup de soleil, cystites.

D

Dartres, déminéralisation, dents, dépendances, dépression, descente d’organes, déshydratation, diabète, diarrhée, digestion, diverticules, douleurs cervicales, drainage, drogues.

E

Entorse, éruption, excroissances de peau, extrémités froides.

F

Fatigue, fibromes, fibromyalgie (douleurs), fièvre, foie, foulure            .

 

G

Ganglions, gencives, gorge, grossesse.

H

Hématome, hémorroïdes, hépatite virale, herpès, hydratation.

I

Impuissance, incontinence urinaire, insolation, insomnie.

J

Jambes enflées, jambes lourdes.

K

Kystes

L

Lipomes

M

Maigreur, maigrir, maladies auto immunes, mastication, mémoire, ménopause, migraine, mycoses.

N

Nervosité, névralgies dentaires, névralgies faciales.

O

Obésité, ongles, ostéoporose, ovaires, ovulation.

P

Peau, pieds déformés, poids, polypes, prostate, PSA, psoriasis.

R

Raideur du cou, règles douloureuses, règles absentes, rétention d’eau, rhumatismes, rhumes, rides.

S

Sclérose en plaques, sécheresse vaginale, seins, spondylarthrite, stérilité, stress, sueur, surpoids, syndrome prémenstruel.

T

Tabagisme, taches de vieillesse, tendinite, transpiration.

U

Ulcère variqueux, utérus.

V

Varices, varicosités, veinules, verrues.

Z

Zona

 

Traduction »